contact@pontourny.com

PONTOURNY

Histoire et photos anciennes

carteanciennepontournycarte2

Ce domaine s’est appelé successivement Pontenarium (1185), Pontournis (XVIIIe siècle, carte de Cassini), puis Pontourny (1792,1837 et 1955).

En 1185, Bouchard de l’Île confirme la vente faite par Hugues, chevalier, à l’abbaye de Turpenay, de 12 deniers de cens qu’il devait sur la terre de Pontourny.

 

 

Fruit d’une donation de Marie-Alphonse Gréban de Pontourny, par testament olographe du 26 octobre 1895, l’établissement ouvre dans la dernière quinzaine de décembre 1903.

Faire-part de décès de Marie-Alphonse de Gréban de Pontourny
Le donateur institue son cousin Jean-Baptiste Turquet et le charge de fonder au Pontourny soit un hôpital soit une maison de refuge, soit une école devant s’appeler «Saint-Joseph» en mémoire d’un fils disparu.

Ecole Saint JosephEn exécution de ces dispositions, Turquet fait donation à l’Assistance publique le 27 décembre 1902 du domaine de Pontourny, des meubles et objets contenus dans le château, ainsi que d’une somme d’argent pour l’entretien et le fonctionnement de l’établissement créé.
Destinée au soin des femmes convalescentes et anémiées, la maison de repos aussi connue sous le nom de fondation Gréban de Pontourny accueille de jeunes ouvrières et employées parisiennes exerçant dans les administrations, les magasins et ateliers de la capitale.

Les patientes toutes âgées de 15 à 25 ans n’y suivent aucun traitement médicalisé. Une bonne alimentation, un repos complet conjugués au climat bénéfique
et aux activités en plein air conduisent à une amélioration de leur état de santé.
Une cure à « Saint-Joseph » permet ainsi à de nombreuses ouvrières d’échapper à la tuberculose.

Au début, l’asile n’est occupé que de mai à octobre.
À partir de l’année 1946, l’occupation y est à temps plein.
À son ouverture en 1903, l’établissement reçoit 11  patientes.  La  distribution  de  legs  au  profit  de  l’asile  Saint-Joseph  permet ensuite  à  un  plus  grand  nombre  de  convalescentes de bénéficier d’un séjour à la campagne.
En 1948, 90 ouvrières y séjournent; en 1952,  elles sont 100  jeunes convalescentes.

En 1956, dans le but d’assurer à l’établissement une population stable, l’administration met 76 des 95 lits existants à la disposition des services de l’aide sociale à l’enfance, tandis que les lits restants demeurent affectés aux convalescentes.

Le  décret du 5 décembre 1961 détermine le transfert de l’établissement à la préfecture de Paris.
Par conséquent,  l’asile Saint-Joseph ne dépend plus depuis le 1er janvier 1962 de l’administration de l’Assistance publique mais du service d’Aide Sociale à l’Enfance.
De même, les droits et obligations résultant de l’utilisation des biens appartenant à l’AP, dont ceux de la fondation Gréban de Pontourny sont définitivement transférés à la préfecture de Paris le 1er janvier 1968, en application du décret n° 67-923 du ministère des Affaires sociales.

 

cachet de cire Gréban de Pontourny

Bientôt en ligne : une galerie des cartes postales anciennes de Pontourny !